Deseille-XG-300x199
 

François Deseille répond à Gazette Infos…

Retrouvez ci-dessous l’interview que François Deseille, Président du Mouvement Démocrate de Côte d’Or, a donné à Gazette Infos.

« François Deseille, leader du MoDem dans le département, revient sur la création de la nouvelle formation centriste, l’UDI.

GazetteINFO.fr : Vous avez déclaré pouvoir travailler avec l’UDI et même avec François Sauvadet, mais sous condition… De son côté, François Sauvadet a répliqué « qu’ [il] ne [vous a] pas vu manifester une volonté d’ouverture ». L’entente pour un travail commun semble compliquée, non ?

François DESEILLE : Jean-Louis Borloo, lui, montre moins de distance par rapport à la gauche, que François Sauvadet. J’aimerais que François Sauvadet soit à l’image du nom de son conglomérat, qui s’appelle l’Union des démocrates indépendants. Personnellement, j’aime bien le terme d’indépendant. Je me bats depuis des années pour que les centristes soient réellement indépendants. Mais cela n’est pas un synonyme d’isolationnisme. Pour moi, nous sommes une passerelle entre la gauche et la droite. Il n’y a pas une frontière inexpugnable entre la gauche et la droite. Nous sommes capables de travailler avec la gauche modérée et la droite modérée. Nous l’avons déjà montré à Dijon, à Beaune, à Talant… Mais aussi avec les écologistes indépendants. Le mouvement de Jean-Luc Benhamias est très bien intégré dans le MoDem et cela se passe très bien. Comme quoi, on peut très bien travailler avec les écologistes modérés, ne se retrouvant pas du tout dans Europe Ecologie. Borloo a tendance à se rapprocher de cette tendance. Nous laissons la porte ouverte. Nous sommes susceptibles de parler avec Jean-Louis Borloo, mais sous certaines conditions.

GazetteINFO.fr : Lesquelles ?

François DESEILLE : Premièrement, pour les Européennes, il faut une indépendance de liste et ne pas s’associer avec l’UMP. Les centristes ont droit à leur propre liste. Deuxièmement, au niveau des primaires pour les présidentielles de 2017, nous estimons complètement que l’UDI et le MoDem puissent participer à la même primaire centriste. Et non pas avec l’UMP. Sinon, autant rejoindre l’UMP directement. Nous devons avoir un candidat centriste au premier tour de l’élection présidentielle. J’aimerais d’ailleurs que tous les centristes fassent l’union sur le premier tour autour d’une candidature. A l’inverse de ce qu’il s’est passé en 2012, où ni François Sauvadet, ni Jean-Louis Borloo, n’ont soutenu le seul candidat du centre, c’est-à-dire François Bayrou. Ils ont préféré soutenir directement le candidat de l’UMP. Enfin, pour laisser la porte ouverte à François Sauvadet – je lui tends la main car je suis d’accord pour travailler avec lui – j’aimerais qu’il reconnaisse que le MoDem à Dijon a fait un travail essentiel sur la réduction de la dette dans cette ville. Depuis 2008, nous avons sans arrêt diminué la dette. Alors qu’elle n’a fait qu’augmenter pendant 37 ans. Il faudrait que François Sauvadet dise « Bbravo le MoDem pour son action forte au niveau de la diminution de la dette à Dijon. Je m’en félicite en tant que centriste », ou sois disant centriste. Ça j’avoue, j’aimerais l’entendre ! Je suis prêt à dire de bonnes choses sur lui. Mais qu’il fasse de même. Il n’a fait que casser François Bayrou pendant l’élection présidentielle. C’est quand même dommageable. Qu’il se montre moins proche de la droite, et plus proche du centre.

GazetteINFOS.fr : Pour François Sauvadet, pour que François Bayrou puisse rejoindre l’UDI, cela devra se faire dans une clarté d’alliance et de coalition avec l’UMP…

François DESEILLE : Mais c’est faux ! Dans ce cas, son nom d’union démocrate et indépendant est faux. On ne peut pas être dans une alliance exclusive avec l’UMP. Sinon, nous ne sommes pas des centristes indépendants. C’est ça le problème avec François Sauvadet. Il est de droite modérée. Qu’il arrête de se dire centriste ! Indépendant du PS et allié à l’UMP ?! Je suis pour le rassemblement. Nous ne sommes pas dans le ni-ni. Nous sommes dans le avec-avec. Nous le montrons dans le département en travaillant avec la gauche à Dijon, ou à Chevigny-Saint-Sauveur ; avec la droite à Talant. A Beaune, nous avons aussi travaillé avec Alain Suguenot. Nous n’avons aucun souci. Notre ligne politique est claire. La différence entre François Sauvadet et moi-même, c’est que lui pariait sur l’échec de François Hollande. Mais si Hollande perd, c’est la France qui perd.

GazetteINFOS.fr : François Sauvadet déclare que « personne ne peut souhaiter l’échec de son pays » et c’est d’ailleurs comme cela qu’il justifie son opposition constructive. Comprenez-vous son positionnement ?

François DESEILLE : Et pourquoi n’a-t-il pas voté les emplois d’avenir comme Borloo ? C’est ridicule ! Autant essayer de voir si ça marche. Si ce n’est pas le cas, on le dénonce. Il s’oppose à tout. Il me fait penser à l’opposition dijonnaise. Tous les grands projets, elle vote contre. Mais elle vote le déplacement d’un feu tricolore, ou la réfection d’un trottoir. C’est pour cela que l’opposition dit voter la plupart des rapports. Tous les rapports mineurs elle les vote, mais les essentiels elle ne les approuve jamais. François Sauvadet fait la même chose. Mais il se contredit. Il veut que la France ne se plante sans savoir si cela peut fonctionner. Personnellement, j’attends de voir les résultats de François Hollande. »

Retrouvez l’article complet sur le site d’informations Gazette Infos …ici…

Partager sur
 

Poster un commentaire