dijonmag_sept12_couv
 

Dijon Mag Septembre : tribune du groupe Dijon MoDem

 

Régulièrement, lors du choix d’implantation de nouvelles entreprises, la ville de Dijon et le Grand Dijon sont en concurrence avec des agglomérations comme Reims, Metz, Nancy, Strasbourg, Tours ou Angers. Face à ces concurrentes, notre capitale régionale a des atouts. Elle bénéficie d’une position géographique stratégique avec l’étoile ferroviaire, un carrefour autoroutier, des liaisons TGV vers les aéroports de Roissy – Charles-de-Gaulle et de Bâle-Mulhouse, et un aéroport Dijon Bourgogne offrant des lignes régulières. De plus, notre statut de premier bassin de vie, d’emplois et d’étudiants en Bourgogne est la garantie d’une main-d’oeuvre qualifiée, diverse et en renouvellement permanent. Nous nous appuyons également sur un pôle de recherche et d’innovation au service des entreprises, sur 400 hectares de zones d’activité économique supplémentaires et sur la construction de plus de 1 000 logements par an.

Au final, ces nombreux atouts ont permis à l’agence de développement économique du Grand Dijon d’accompagner 32 projets d’installation d’entreprises en 2011, conduisant à la création ou au maintien de 457 emplois. C’est grâce à toutes ces actions que Dijon se caractérise par un taux de chômage inférieur de 2 % à la moyenne nationale. Mais pour accroître son attractivité, Dijon doit sans cesse accompagner les grands projets, comme le tramway, la rénovation du musée des Beaux-Arts…, mais aussi en proposer de nouveaux, comme l’inscription des climats de Bourgogne au patrimoine mondial de l’Unesco, la création de la « Cité de la gastronomie ».

Bien entendu, toutes ces actions doivent être menées en faisant attention aux finances publiques. À Dijon, en tout cas, la dette diminue de manière continue depuis 2008, ce qui est loin d’être le cas dans une majorité des 40 principales villes de France.

 

 

Partager sur
 

Poster un commentaire