gazette_juillet2012
 

Nathalie Griesbeck répond à la Gazette de Côte d’Or

« Le score de François Bayrou lors de l’élection présidentielle, puis l’échec du MoDem, ont affaibli le centre. Nathalie Griesbeck, députée européenne MoDem du Grand-Est [livre son] point de vue. 

 

LA GAZETTE : En votant pour François Hollande au second tour de l’élection présidentielle, François Bayrou a-t-il affaibli  le centre ?
NATHALIE GRIESBECK :   François Bayrou a fait un choix courageux en ne donnant aucune consigne de vote, le choix de l’indépendance du centre en tant que force politique. Il avait indiqué qu’à titre personnel, il choisissait de voter, lors du second tour, en faveur du candidat Hollande, en dépit de désaccords importants, par refus de la droitisation extrême du discours et des pratiques de la droite sarkozyste.

 

Ce vote a-t-il pu désorienter l’électorat centriste ?
Oui, car beaucoup d’électeurs n’ont pas compris ce choix strictement personnel. Pourtant cette décision était tout à fait logique et compréhensible. Il a fait le choix de la défense des valeurs de notre République, face et contre le discours violent, de plus en plus proche de l’extrême droite du candidat sortant.

 

François Bayrou a-t-il définitivement compromis son avenir politique ?
Non. Comme j’ai coutume de le dire, en politique on ne meurt jamais. Les résultats que nous avons obtenus sont certes décevants, mais François Bayrou a porté un discours de vérité lors de cette campagne. C’est lui qui en a imposé les thèmes majeurs. Il ne s’est pas dérobé, il n’a pas cherché à éluder les problèmes qui minent notre pays. Il a agi en  homme d’État.

 

Le centre a-t-il un avenir, alors que la bipolarisation de la vie politique française se fait à chaque élection un peu plus évidente ?
Réduire la vie politique au bipartisme va nous conduire à la catastrophe. Nous avons connu à travers l’élection présidentielle et les élections législatives une défaite. Cela nous oblige à repenser la place qu’entend occuper le centre comme force politique, mais ça ne signe en aucun cas l’arrêt de mort de notre courant de pensée. Le centre a un avenir. À nous de créer les conditions de son retour au premier plan. Cette bipolarisation que nous avons connue lors des dernières élections s’explique par la personnalité même du président sortant. L’élection s’est résumée à un référendum pour ou contre Sarkozy.

 

Comment reconstruire le centre, et sur quelles bases ?
Cela va prendre du temps. Depuis cinq ans, les uns et les autres ont choisi des voies différentes. Il est grand temps de nous retrouver autour de nos valeurs. Nous souhaitons un courant politique nouveau qui soit à la fois indépendant et positif, un courant politique qui dise non à la participation complaisante, non à l’opposition de principe, et oui à l’esprit de responsabilité et d’unité nationale.  La création d’une force centrale et libre dans la vie politique française, là est le seul vrai changement possible.

 

François Bayrou étant aujourd’hui en retrait, qui vous semble le plus apte à incarner un nouvel élan centriste ? Jean-Louis Borloo ? Hervé Morin ?
Ces personnalités ont vocation à participer à la refondation du centre, mais il n’est pas question de mettre en avant telle ou telle personnalité. Le temps est à la reconstruction, celui du choix des personnes viendra plus tard. Bayrou a encore un rôle important à tenir, si ce n’est moteur, à jouer dans le rassemblement de notre famille politique.

 

La reconstruction du centre passe-t-elle inévitablement par un rapprochement avec l’UMP ?
Absolument pas. Le centre doit être une force politique indépendante, qui ne soit pas affiliée à l’un des deux partis actuellement dominants. Une force politique qui réunit les sensibilités différentes du centre, une force centrale qui puisse apporter la preuve d’une vraie indépendance, d’une vraie liberté de décision fondée non pas sur des arrière-pensées, mais sur les plus profonds de ses engagements. »

 

Retrouvez l’article complet à l’adresse : http://www.gazette-cotedor.fr/2012/07/04/quel-avenir-pour-le-centre/

 

 

Partager sur
 

Poster un commentaire