Pierre-Louis Monteiro
 

P-L Monteiro (MoDem) : « Séduit par l’homme politique »

Pierre-Louis MONTEIRO,porte-parole de la Fédération de Côte d’Or du Mouvement Démocrate, se voit confier par François BAYROU l’intendance de sa campagne présidentielle.
Une marque de grande confiance pour notre porte-parole et ancien candidat aux élections cantonales sur Auxonne.

Pierre-Louis Monteiro répond aux questions de la Gazette de Côte d’Or (parue le jeudi 19 janvier 2012) :


Pierre-Louis Monteiro, possible candidat du MoDem sur la deuxième circonscription, vient d’être nommé dans l’équipe rapprochée de la campagne présidentielle de François Bayrou.


GazetteINFO.fr : Vous allez vous occuper des déplacements de François Bayrou pour la campagne de la présidentielle. Concrètement, qu’allez-vous faire ?
Pierre-Louis MONTEIRO : Je ne suis pas tout seul. Avec toute l’équipe, nous nous occupons de prévoir les déplacements. Pour cela, nous nous organisons avec les équipes locales pour élaborer le programme sur place.


Etant donné que vous êtes dans les dossiers des déplacements, un déplacement de François Bayrou est-il prévu à Dijon et en Côte-d’Or ?
P-L M. : Il viendra à un moment clé de la campagne. Mais pour l’instant, je ne suis pas habilité à vous annoncer la période où il viendra.

 

 « Séduit, je me suis investi »

 

Un moment clé, c’est-à-dire… Une semaine ou deux avant le premier tour ?
P-L M. : Pas forcément. Mais cela viendra certainement avec une idée forte ou un changement notable dans la campagne de François. 

 

Comment êtes-vous arrivé à ce poste ?
P-L M. : C’est le fruit d’une rencontre qui s’est opérée en deux fois. La première s’est déroulée en 2007. C’est à ce moment que j’ai découvert le candidat. Ensuite, c’est venu sur une question beaucoup plus pragmatique. J’étais un nouveau étudiant à Paris. Je me suis rendu compte de la différence du niveau de vie. C’est pourquoi j’ai interpelé les pouvoirs publics pour les alerter sur les conditions de vie des étudiants. François Bayrou m’a proposé de le rencontrer. Et petit à petit, j’ai été séduit par l’homme politique et je me suis investi.

 

 « Je n’ai jamais baissé les bras »

 

Quels éléments vous ont séduit ?
P-L M. : Je trouve qu’il a une vision juste des choses. Quand j’ai eu mon rendez-vous avec lui concernant les conditions de vie des étudiants, je m’attendais à ce qu’il me fasse de la langue de bois. Alors que pendant la discussion, il parlait vrai. Il m’a dit qu’il ne pourrait pas tout changer, mais il m’a avancé des propositions. Comme il avait vécu la même chose dans sa période académique, je sentais que cela lui tenait à cœur.

 

Vous êtes jeune. Comme expliquez-vous que le MoDem vous confie cette responsabilité ?
P-L M. : Comme je le disais, je ne suis pas tout seul. J’ai montré que j’étais présent dans les moments les plus difficiles. Durant les cinq dernières années, je n’ai jamais baissé les bras même dans les moments critiques. J’ai toujours eu la même ténacité.

 

Aux dernières élections cantonales, vous étiez candidat sur Auxonne. Votre campagne avait une particularité, vous souhaitiez débattre avec vos adversaires. Pour quelles raisons ?
P-L M. : Être jeune en politique implique d’avoir d’autres méthodes. Sinon, nous n’avons aucune valeur ajoutée. C’est pour cela que je voulais que l’on revienne à cette tradition du débat public. La campagne des cantonales à Auxonne a été pollué par tout un tas d’affaires comme l’implantation d’un centre commercial, ou encore des dossiers sur la communauté de communes. Cela n’avait rien à voir avec les enjeux du conseil général. Moi, je voulais parler du fond.

retrouvez cet article ici : http://www.gazetteinfo.fr/2012/01/13/monteiro-modem-seduit-par-lhomme/

 

Partager sur
 

Poster un commentaire